Type de portrait figuratif se rapprochant au maximum d'une photo

 

   

 Il s'agit de réaliser le portrait de Georges Brassens à partir de la célèbre affiche de J.P. Leloir.
Format de papier utilisé : 42 x 29,7 cm

Possédant une reproduction de cette affiche, j'ai fait une photo de Brassens.

Matériel

Travail préliminaire
Dans mon logiciel de graphisme (Gimp), je crée une image de format 42 x 29,7 sur laquelle je colle le portrait de Brassens en l'adaptant au mieux.

C'est à partir de cette image, affichée sur mon écran que je vais travailler.   

Esquisser le portrait
A l'aide de pinces, je fixe ma feuille sur un carton.
J'évite de travailler à plat pour tout travail de dessin proprement dit car cette position engendre une vue en perspective qui est source d'erreur (Cf. les anamorphoses des rues...)
J'appuie le carton au bord du bureau et sur mes genoux (j'ai du mal à dessiner sur un chevalet !)

Étant un piètre dessinateur, j'ai besoin de repères pour éviter un portrait méconnaissable.

Je n'utilise pas la méthode du quadrillage (difficultés d'effacement et approximations inévitables)

Si je pointe mon curseur sur le sourcil droit, ,je constate que ce point doit se trouver à 58,6 mm du bord gauche de la feuille et à 154,5 mm du bord supérieur. (Informations affichées en bas de l'image)

Je peux donc marquer des points repères importants et tracer ensuite l'esquisse du portrait.

J'utilise un crayon-mine avec une mine HB de 0,5 mm et une gomme mie de pain pour les corrections.

Surtout, ne pas appuyer, c'est d'ailleurs une règle générale immuable tout au long du travail.

La chevelure
J'ai l'habitude de travailler de haut en bas et de gauche à droite pour éviter de salir...

Voilà pourquoi je commence par les cheveux.

Premier travail au crayon 2B, sans appuyer en traçant dans le sens des cheveux. Je repasse davantage sur les parties plus sombres.

Ensuite, à l'aide d'un coton tige, très doucement, j'estompe mes tracés précédents ce qui aura pour effet de supprimer le blanc du papier et d'assurer ainsi le fond du dessin.

Je continue la chevelure vers l'arrière de la tête comme précédemment.


J'estompe à nouveau avec le coton-tige.

Je reprends l'ensemble en utilisant un crayon 4B et en suivant toujours le sens des cheveux.

A noter que je ne recherche pas l'exactitude absolue avec le modèle au cours de cette phase de dessin.


J'ombre maintenant le front avec le crayon 2B en passant autant de fois que nécessaire pour obtenir un gris le plus uniforme possible.

Le crayon taillé à mine longue est utilisé le plus couché possible et sans appuyer du tout : il effleure le papier.

 

 Ces effleurements successifs, après estompage au coton-tige  permettent d'obtenir ce résultat :

Je termine la chevelure en utilisant des crayons plus gras de manière à foncer et à contraster correctement.
Crayons 2B, 4B, 7B et 8B.
Je zoome sur la chevelure de manière à mieux voir.


Le visage

Maintenant, je vais m'attaquer au plus délicat : yeux, nez, bouche. La précision est indispensable.

Je zoome l'image de manière à bien observer chaque détail.

Mon double-décimètre à portée de main pour vérifier la position de tel ou tel point.

Je peux aussi utiliser l'outil "distance" de Gimp qui me donne la distance entre 2 points : très pratique !

 J'utilise un crayon HB de manière à ne pas trop marquer et à pouvoir rectifier facilement avec ma gomme.

Je délimite les parties les plus sombres.

J'essaie d'être le plus précis possible pour les yeux, le nez et la moustache.

J'estompe au coton tige si mon crayon laisse trop de traces de "coups"

Avant de d'achever le dessin de cette partie du visage, je préfère vérifier l'exactitude de mes tracés.


Après avoir redimensionné la photo au format de la feuille (42 x 29,7), je la colle comme calque sur la photo du modèle.

La superposition me permet de repérer les différences en alternant rapidement vue du modèle/vue du dessin.

Impossible de montrer cela en photo !...

Une autre solution : tracer sur un calque les lignes importantes prises sur le modèle et superposer ce tracé  au dessin.

Voilà ce que je vois :


Les inexactitudes sont flagrantes : nez, menton, ride, lobe de l'oreille...

Je n'ai plus qu'à corriger en ayant sous les yeux mes erreurs.

Nouvelle photo. Nouvelle superposition.

 J'estime que ça doit aller. Il reste bien quelques imprécisions si l'on cherche la petite bête !...

Avant de travailler les ombres, je passe sur tout le visage un coton à démaquillage de manière à estomper l'ensemble et à ne pas garder de blanc.

 La ressemblance est correcte.

Il faut maintenant travailler les ombres de manière à rendre le relief du visage. C'est là un travail d'observation. Il faut souvent s'éloigner du dessin et du modèle. Observer, comparer.

Surtout ne pas appuyer sur la mine, plutôt repasser après avoir éventuellement estompé au coton tige.

Gommer un peu si on a trop foncé.  
J'utilise à nouveau mes crayons gras selon l'intensité de l'ombre.

Du 2B au 8B

L'essentiel est terminé. Le reste est affaire de goût...


Je termine en grisant les vêtements mais de manière à faire ressortir le visage en ombrant davantage son pourtour.

Une dernière observation... Quelques retouches au niveau du menton et de la joue (dégradés).

C'est terminé !

Et oui ! mauvais cadrage ! Visage trop haut ! Buste trop grand !

On pense à la tête et on oublie le reste...

Dans ce sens, ce n'est pas grave : il suffit de recouper la feuille ! (format F5 : 35 x 27)

Je n'ai plus qu'à montrer le portrait à des esprits critiques car on oublie toujours quelque chose...

Alors, on retouche...

Et puis, enfin, on pulvérise un peu de laque pour fixer le dessin.

 

Suite au commentaire d'Olivier voici les repères que j'ai sans doute dû prendre (ou vérifier après tracé) pour faire l'esquisse :

vous pouvez retrouver toutes les oeuvres de JCC sur son site.
les cours très complets de JCC sur la perspective.

Discuter de cet article dans le forum

Share
Facebook Image